Les 5 labels bio à connaître.

Des achats plus pertinents

Quand on fait ses courses en magasin bio, tout est labellisé bio! Pas de soucis particulier. Par contre, si vous allez en grande surface, là, ça se complique un peu… Certaines marques ont tendance à mettre en avant l’argument écologique pour un produit qui soit-disant “protège la nature et environnement”, alors que l’intérêt de ce produit pour l’environnement est quasi nul voire inexistant . C’est ce qu’on appel l‘écoblanchiment ou greenwashing : un procédé marketing pour se donner une belle image écologique et responsable ! Histoire de laver les dégâts écologiques responsable de leur activité. Voici l’exemple de McDonald’s :

greenwashing chez McDonald's

Aussi, l’achat en direct chez un producteur ne signifie nullement que les produits soient de bonne qualité et bio. Il a très bien pu utiliser tout une gamme de produits phytosanitaires sur ses cultures. Il en va de même pour les légumes provenant du potager du voisin, grand jardinier devant l’éternelle ! Prônant l’anti limace ou l’extermination du doryphore malfaisant  sur les patates à grand coup de pulvérisations, en priant St Fiacre. Vaut-il mieux se faire moine que de manger ce type de produit ? 😉

Le top 5 des labels bio alimentaires

label AB français

C’est le label alimentaire le plus connu pour orienter le consommateur vers un produit issu de l’agriculture biologique. D’après une enquête Que Choisir, 99% des français connaissent ce label.

Créé en 1985, il est la propriété du ministère de l’agriculture et de l’alimentation, la marque est  définie par celui-ci et promue par l’Agence Bio. Le logo identifie des produits 100% bio ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés. Les produits chimiques de synthèse (engrais, pesticides…)  sont proscrits pour le respect et la protection  des écosystèmes. Les OGM sont tolérés à hauteur de 0,1% (contamination accidentelle). Les animaux sont élevés sur un mode extensif, nourris d’aliments biologiques à 90%. Les antibiotiques sont limités (au-delà de deux traitements antibiotiques la bête est retirée de la filière bio pendant un an).

Plusieurs organismes certificateurs ont l’autorisation de délivrer la certification : Agrocert et Qualisud, Bureau Veritas Certification, Certipaq, Ecocert SA, Bureau Alpes Contrôles, Qualité France, Certisud, Certis.

 

label bio européen

Crée en 2009, c’est le nouveau logo bio européen, surnommé “eurofeuille, sur lequel s’est aligné le label français AB qui répond maintenant au cahier des charges européen de l’agriculture biologique. Sa présence sur l’étiquetage assure le respect du règlement sur l’agriculture biologique de l’Union européenne. Il rend commune la réglementation à tous les états membres de l’Union Européenne. 

Il reprend les mêmes qualités qu’un produit “label AB” ( 100% d’ingrédients issus du mode de production biologique ou au moins 95% de produits agricoles biologiques dans le cas des produits transformés). L’alignement du label alimentaire français sur le  label européen s’est faite en sacrifiant les compromis français sur la réglementation de l’agriculture biologique. Ce label est en effet moins contraignant que le label  AB. Il autorise la présence de trace accidentelles d’OGM à hauteur de 0,9% dans la composition des aliments.

Le label européen est accordé après certification par des organismes indépendants comme Aclave, Agrocert, Ecocert… Un contrôle doit être effectué au moins une fois par an.

 

biocoherence

Créé en 2010, Bio cohérence est une marque de certification. Plusieurs acteurs importants de l’alimentation biologique participent à sa création : la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), les Eleveurs bio de France, la société Biocoop, la coopérative des commerçants Bio indépendants Biomonde, le grossiste bio ProNatura, etc.

Cette création se fait en réaction de l’alignement du Label AB sur le label européen. Certains producteurs et distributeurs déplorent un nivellement vers le bas de la filière bio. Le cahier des charges de Bio Cohérence est  plus exigeant que celui de l’ancien cahier des charges du label AB. Le label exige que les produits bio soient cultivés, produits et transformés sur le sol français ; que les aliments ne soient en aucun cas contaminés par les OGM ; un produit transformé ne doit contenir aucun ingrédient non biologique, alors que le label européen admet que 5 % des ingrédients soient non biologiques ; les fermes pratiquent une agriculture 100 % biologique, alors que le label européen autorise les fermes à une mixité entre biologique et non biologique ; les animaux reçoivent une alimentation 100 % biologique et produite à 80% sur la ferme elle-même.

Ce label met en avant l’aspect social de l’agriculture biologique, dans le souci d’une juste rémunération du producteur. Les produits bio cohérence ne sont donc pas vendu en supermarché, ce qui aurait tendance à tirer les prix vers le bas .

Bio Cohérence demande aux agriculteurs qui souhaitent disposer du label de passer par un organisme certificateur extérieur (Ecocert, Qualité France, etc.).

 

Créé en 1964 , apparition du logo en 1971 , Nature & Progrès est une association de consommateurs, d’agriculteurs producteurs et d’artisans transformateurs. Elle est l’acteur historique de la promotion du développement de l’agrobiologie  en France. Elle milite pour la protection de environnement, le maintient de la fertilité des sols, l’utilisation de semences paysannes (non inscrites au catalogue officiel), favorise le bien être animal, l’accès à une alimentation saine et de qualité pour tous, et une juste rémunération du producteur. Nature et Progrès interdit la mixité bio et non bio, les traces d’OGM et l’huile de palme dans ses produits (même bio) car non produite dans des conditions sociales et écologiques acceptables. Comme Bio cohérence, elle interdit la vente en supermarché pour éviter de faire le jeu de l’industrialisation de l’agriculture biologique et met l’accent sur les circuits courts, qui favorisent le tissu social en milieu rural.

L’attribution de la mention s’effectue dans le cadre des Systèmes Participatifs de Garantie (SPG) qui rassemblent les adhérents consommateurs et agriculteurs.« Les systèmes participatifs de garantie sont des systèmes d’assurance qualité orientés localement. Ils certifient les producteurs sur la base d’une participation active des acteurs concernés et sont construits sur une base de confiance, de réseaux et d’échanges de connaissances. » (source Wikipédia).

 

Demeter est une marque de certification internationale de produits issus de l’agriculture bio-dynamique. Cette marque de production a été créée en 1932. Le paysan qui produit sous cette certification, respecte à la fois le cahier des charges du label européen et le cahier des charges Demeter.

L’agriculture bio-dynamique existe depuis 1924. Elle doit son origine à Rudolph Steiner, philosophe occultiste, fondateur du courant ésotérique de l’anthroposophie. Soucieux de l’évolution de l’agriculture, de l’appauvrissement des sols et de l’utilisation d’intrants chimique, il donne une série de conférence aux agriculteurs dans lesquelles il expose les lois du vivant.

La biodynamie favorise un mode de culture respectueux de l’environnement.  Par ses différentes techniques, elle vise à améliorer la qualité du sol et sa fertilité, afin de produire des aliments sains pour les animaux et les hommes. Cette agriculture s’appuie sur les  méthodes  agronomiques utilisées en agriculture biologique et les complète en vivifiant le sol avec des préparations à base de plantes médicinales, de matières organiques et minérales. Elle utilise aussi les rythmes naturels : les rythmes solaires, lunaires et planétaire.

La biodynamie est plus exigeante que la bio : l’ensemble du domaine doit être en biodynamie (récoltes, animaux, nourriture..), la mixité entre agriculture conventionnelle et bio-dynamique est interdite ; chaque culture doit recevoir obligatoirement une fois par an les préparations bio-dynamiques ;  rotation des cultures ; semences de qualité Demeter ou biologique, pas de semences hybrides ; respect des animaux avec une alimentation produite à 50% sur la ferme ou en collaboration avec un autre domaine Demeter, les aliments conventionnels sont proscris ; les antibiotiques et additifs alimentaires sont interdits ; les fumiers et composts doivent recevoir les préparations à base de plantes médicinales…

La première année, l’association contrôle les producteurs qui souhaitent se convertir à la biodynamie. Les années suivantes, des certificateurs officiels (Ecocert et Qualité France) contrôlent sur la base du cahier des charges de Demeter et de celui du label européen.

Le label victime d’un manque communication

J’espère que vous êtes maintenant un peu moins perdu dans le monde du label alimentaire. Que ce décryptage de base vous aura apporté quelques notions nouvelles et que cela pourra orienter vos achats!

Il est clair que le système des labels est complexe et demanderait un effort pédagogique de communication de la part des administrations qui œuvrent pour leur mise en place. Un simple logo sur un emballage ne suffit pas à saisir toutes les nuances de la labellisation. Il faut que les distributeurs fassent un effort dinformation et de compréhension des différents cahiers des charges, et ce en lien avec le producteur. Outre les explications que j’ai donné concernant les différents labels, l’important est de garder à l’esprit qu’ils sont une   garantie de qualité, de sécurité et de traçabilité alimentaire. L’achat d’un produit labellisé en bio véhicule les valeurs de respect environnementale, de commerce équitable et de développement durable. A vos cabas pour un acte citoyen!  😉

 

Pour aller plus loin:

règlement (CE) n°834/2007

règlement (CE) n°889/2008.

http://www.natureetprogres.org/charte.pdf

http://www.natureetprogres.org/producteurs/cahier_des_charges.html

Bio cohérence/cahier des charges

Demeter/cahier des charges

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire